Les étapes stratégiques

A ce stade de l’organisation, il faut  la faire vivre. Plusieurs étapes sont  à vérifier :

  1. Vérifier la justice dans la répartition des salaires et des tâches.
  2. Vérifier  le rythme et l’ organisation des équipes
  3. vérifier l’implication et la mutation des managers dans le camp de base.
  4. Vérifier la présence de conflits d’intérêt à l’intérieur des équipes.
  5. Vérifier la justesse des méthodes innovantes qui peuvent paraître incertaines
  6. Vérifier l’absence de distance entre les équipes et le camp de base.

La productivité.

C’est le premier résultat de l’entreprise libérée, une productivité améliorée par l’addition d’un mouvement créatif du au lâcher du contrôle et à la prise en main en liberté, des méthodes.

Le travail collaboratif

La mise en place d’ateliers de travail sur des sujets divers,  (réunion minute pour faire avancer une décision,   co-dev pour régler un conflit ou faire avancer un projet) est une étape essentielle pour passer de l’ancien modèle au nouveau modèle.

Le partage et la recherche de consensus en groupe ne sont pas des attitudes naturelles. Nous avons été élevés et entrainés à la compétition, au rapport de pouvoir, à la comparaison et aux challenges. Malgré tout, nous sommes tous différents et refuser de se battre ou d’évoluer constamment n’est pas signe de faiblesse mais de sagesse. Il faut de tout pour faire un monde.

Le résultat remplace le temps.

Dans l’entreprise libérée la notion de temps de présence doit être indexée sur le chiffre d’affaire à produire. Il y a un calcul à faire pour comprendre exactement le ratio temps, chiffre d’affaire et nombre de personnes.  Cet équilibre une fois trouvé va donner un nombre d’heures travaillées  pour un chiffre d’affaire donné.

Un tableau d’objectifs doit être produit pour chaque équipe afin d’anticiper la productivité. Les tâches sont réparties par personne pour un temps égal. La personne a un indice de temps minimum à respecter qui devient une limite. Selon son efficacité elle peut gagner du temps libre ou au contraire en perdre. Les notions de polyvalence, soutien et entraide sont inhérents au système. Le résultat à produire devient la balise. Le temps de présence est laissé à l’appréciation de l’équipe sachant que l’absence de résultat va créer une contrainte d’abord dans sa propre équipe, les autres équipes et  le camp de base.

L’intéressement.

Une entreprise est une organisation qui crée de la valeur. Cette valeur doit être réinvestie ou partagée. Dans l’ancien modèle, l’organisation produit une valeur à plusieurs qui se partage à un seul ! Est-ce bien logique ? L’intéressement est la part de motivation qui nous concerne tous. Travailler est difficile, cela nous éloigne de nos familles parfois, atteint nos équilibres parfois et pour certain les use avant l’heure. Se souvenir de la raison d’être du travail aide à l’accepter, encore faut-il que le travail et son tribut soit justes. Le partage de l’interessement doit rester juste et transparent :

  • Rémunérer le capital (les actionnaires qui ont investit, l’entreprise qui doit grandir)
  • Rémunérer les employés (ceux qui ont permis cette valeur à part égales)
  • Rémunérer le directeur général (celui qui a pris des risques et qui supporte les ennuis pour la communauté)

retour

 

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close